L’ostéoplastie et le nouveau-né
23 octobre 2018

Ostéopathie une alliée de la grossesse


 

L’ostéopathie est une science et une thérapie qui ont été mises au point aux Etats-Unis au début de ce siècle. Cette science qui se réfère à l’anatomie et la physiologie vise, par des techniques manuelles très précises, à rétablir l’équilibre perturbé et à restaurer la mobilité indispensable au bon fonctionnement du corps humain. Le fondement de cette science du mouvement et de la mobilité se trouve dans la constatation que les os du crâne ne sont pas soudés mais articulés et mobiles les uns par rapport aux autres, le mouvement de base (mouvement respiratoire crânien primaire) se situant entre l’occiput et le sténoïde.

Un mouvement perpétuel et vital, comme une immense respiration à l’échelle de l’organisme, est ainsi transmis à toutes les instances : musculaires, tissulaires, liquidiennes (sang, lymphes..). Toute restriction de cette mobilité entraine une « lésion » ou un « disfonctionnement » qui relèvera de l’ostéopathe.

Pourquoi la femme enceinte est-elle particulièrement concernée par l’ostéopathie ? Tout simplement parce que son état entraîne inévitablement une modification de la mobilité au niveau du bassin qui peut induire des douleurs diverses. Le bassin est, en effet, constitué de 3 os qui exercent des mouvements très subtils les uns par rapport aux autres. Ces mouvements, accentués lors de la grossesse, ont des répercussions sur les ligaments et les organes internes.

L’harmonie et l’équilibre osseux du bassin sont donc particulièrement importants durant la grossesse à une période ou les sécrétions hormonales entrainent un relâchement ligamentaire et donc une plus grande mobilité des os.

L’ostéopathie durant la grossesse : La grossesse est un état particulièrement propice au suive ostéopathique. Il n’est pas d’individu qui présente un bassin parfaitement symétrique. Il suffit d’une chute, d’un choc, pour déséquilibrer ce très fragile ensemble osseux. En temps normal ce déséquilibre n’engendre pas de douleurs mais durant la grossesse ; il entraine des tensions au niveau des enveloppes ligamentaires qui tapissent le bassin et donc une légère distorsion au niveau du col de l’utérus qui traverse ces membranes, ce qui peut induire des contractions précoces nuisibles au bon déroulement de la grossesse.

Ces problèmes ont également des répercussions sur la vascularisation de l’utérus qui peut aussi être à l’origine de contractions et de douleurs abdominales. Par un système de compensation, l’asymétrie du bassin peut encore engendrer des douleurs au niveau de la ceinture scapulaire (épaules, cervicales). Tout est ici interdépendant et le bien-être de la femme enceinte reposera sur une correction des déséquilibres et une récupération de la mobilité qui pourra aussi lui éviter, lors de l’accouchement, un travail long, fastidieux et douloureux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *